VANVES ACTUALITE

Vanves est concernée. VELIB 2, complètement installé, pas avant l'été

Informations vues sur le site de 20 Minutes :

Ratés du Vélib à Paris: Le nouvel opérateur estime qu'on lui met «des bâtons dans les roues»

A LA BOURRE Le nouvel opérateur de Vélib dénonce le comportement de son prédécesseur, JC Decaux et du Syndicat autolib' et vélib' métropole, qu'il accuse de lui mettre «des bâtons dans les roues»...

C.Po.

 

Paris, le 12 janvier 2018. - Le lancement de Vélib' 2 en retard à Paris. Cette station de l'avenue Vuagirard est encore en travaux un mois après la fin annoncée de l'intervention.
Paris, le 12 janvier 2018. - Le lancement de Vélib' 2 en retard à Paris. Cette station de l'avenue Vuagirard est encore en travaux un mois après la fin annoncée de l'intervention. — F. Hernandez / 20 Minutes

 

  • Le nouvel opérateur des explique travailler d’arrache-pied pour rendre son service accessible.
  • Smovengo regrette le retard pris par son prédécesseur dans le démontage des anciennes stations.
  • La totalité du service sera déployée cet été d'après Smovengo.

Jusqu’à présent, Smovengo avait fait le dos rond, ne s’exprimant quasiment jamais sur toutes les polémiques entourant le déploiement du nouveau Vélib'. Retard monstre, bornes inactives, bugs à répétition… Mais ce dimanche, dans un communiqué au vitriol, le consortium réunissant Indigo, Movibia, Moventia et Smoove a décidé de « sortir de son silence pour dénoncer les contre-vérités. » Le nouvel opérateur des Vélib’explique travailler d’arrache-pied pour rendre son service accessible. 376 stations ont été mises en service au 10 mars et un millier devrait l’être fin mai-début juin. « Encore faut-il qu’on ne nous mette pas des bâtons dans les roues », tonne Smovengo.

>> A lire aussi : 107 stations Vélib’ activées contre 300 prévues, c’est quoi ce chantier?

En ligne de mire, JC Decaux à qui il a raflé le marché. « Le sortant, notre concurrent, a tout tenté par ses recours juridiques (tous perdus !) et ses manœuvres dilatoires, y compris en matière sociale, pour retarder le passage de relais », poursuit le communiqué. Parmi ces « manœuvres », Smovengo cite le retard pris par son prédécesseur dans le démontage des anciennes stations qui empêchent l’installation des nouvelles bornes. « Chacun peut aisément constater dans les rues de Paris la présence, encore à ce jour, des stations que notre prédécesseur devait avoir démontées », cingle le nouvel opérateur.

Une installation complète pour le début de l’été

La SAVM, le Syndicat Autolib' et Vélib' Métropole, n’échappe aux critiques. Smovengo lui reproche une mauvaise gestion administrative du projet, à l’exemple des six semaines perdues pour la validation du design des vélos et des bornes ou un cahier des charges incomplet qui retarde l’électrification des bornes. « 544 stations ne peuvent toujours pas être raccordées au réseau électrique car les informations techniques ne sont pas disponibles. » De même, le consortium affirme que le SAVM tarde à transmettre les adresses de 200 nouvelles stations ce qui ralentit le début des travaux.

Malgré tout, et quelles qu’en soient les raisons, ces retards coûtent très cher au nouvel opérateur : Smovengo se voit infliger un million d’euros de pénalités par mois de retards, soit trois millions d’euros depuis le début de l’année. En début de semaine, la maire de Paris, Anne Hidalgo annonçait que les travaux d’installations seraient terminés fin avril. Le calendrier établi par Smovengo est moins optimiste. « La totalité du service sera déployée cet été, notamment si tous les problèmes et erreurs listés ci-dessus sont enfin résolus, au moins en partie. »



12/03/2018

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres